Comment rédiger un bon communiqué de presse ?


Comme promis la suite de mon article sur les communiqués de presse! Pour consulter l’article: Vous voulez vous lancer dans l’envoi de communiqués de presse? C’est ici!

Rédiger un bon communiqué de presse 

Peu utilisé par les PME, le communiqué de presse est pourtant un moyen gratuit d’information et de communication à ne pas négliger. En effet, ce document permet d’annoncer un fait novateur aux journalistes en espérant la publication de cette nouvelle : création de société, partenariat, lancement d’un nouveau produit, nomination de dirigeants, etc.

Gardez toujours à l’esprit que les journalistes reçoivent tous les jours des dizaines voire des centaines de communiqués qu’ils ont par conséquent peu de temps à leur accorder. Il est donc indispensable de soigner chaque détail de celui-ci afin d’augmenter ses chances de ne pas terminer dans la corbeille à papier ! Voilà pourquoi chaque détail compte… nous allons étudier ces éléments dans cette article.

La forme 

Complet c’est bien, court ET complet c’est encore mieux !

Avant toute chose, sachez que le communiqué doit idéalement tenir sur une seule page (2 pages grand maximum si vous avez vraiment de nombreuses informations indispensables à donner)

Ne vous dispersez pas ! Une seule information centrale par communiqué : si vous parlez du lancement d’un partenariat, n’en profitez pas pour également traiter d’un nouveau produit !

A retenir :

Un communiqué = Une information centrale

Un paragraphe = une seule idée

 

Timing 

Si vous vendez des offres voyages à Strasbourg, éviter d’envoyer votre communiqué en janvier alors même que les célèbres marchés de Noël de cette région seront terminés !

Soyez concis 
Poser vous les 5 questions essentielles QQOQCCP :

Qui fait Quoi ?
Où ?
Quand ?
Comment ?
Combien ?
et Pourquoi ?

Les réponses à ces questions constitueront alors la base de votre article.

Eviter d’apporter trop de détails mais privilégié un texte condensé (en donnant un maximum d’information par ligne et en évitant les redites) : chaque ligne, chaque mot ont leur importance, et ils doivent apporter une information concrète.

Fond

Visuels
Les éventuels visuels doivent être des images de haute définition qui pourront être ajoutée directement à l’éventuel article publié dans le journal

Moi je suis le plus fort !
Eviter les phrases « marketing » (« notre entreprise, première sur le marché, fabrique les produits les plus innovants du marché, n’attendez plus ! ») et bannissez les superlatifs ou les termes mégalomanes (« nous sommes les plus forts »). Cependant, il est important de montrer en quoi  le sujet dont vous traitez dans votre communiqué est intéressant et mérite d’être publié ! Pour cela soulignez son caractère innovant, utile, etc.

Soignez votre plume!
Portez une attention toute particulière à la présentation et l’orthographe ! Rédigez à l’impersonnel votre texte, comme si vous étiez le journaliste qui parlait de votre entreprise.

Du plus important au moins important

Privilégiez les éléments les plus importants en début d’article afin de retenir l’information du journaliste et laisser pour la fin les informations les moins essentielles (dans tous les cas, ne pas effacez toutes informations superflues !)

 

 

Informations indispensables

En tête de page :

-Le nom de la société ou le logo

-La date de publication

-Précisez toujours : « Communiqué de presse » afin de toujours indiquer de façon claire que ce document est à destination unique de la presse.

-La nature du communiqué (partenariat, lancement de nouveau produit, etc…)

-Diffusion: ” pour diffusion immédiate ”

 

Corps de texte:

-Le titre : Il doit résumer en une seule phrase la totalité de votre communiqué

-L’accroche du communiqué
Cette accroche doit être percutante afin de retenir à tout prix l’attention du journaliste

-Ajoutez des titres à chaque début de paragraphes avec les points importants.

 

A la fin du CP, abordez tous les détails pratiques

-Prix du produit/service,disponibilité, gamme…

n’oubliez pas de rajouter des informations sur votre entreprise : ne pas oublier de renseigner clairement l’intitulé de votre entreprise, vos coordonnées (téléphoniques et e-mail), votre intitulé de poste, ainsi que l’adresse URL de votre site web, le contact presse dédié de votre entreprise si ce n’est pas votre métier 😉

– Faites également un rappel de la société, de son historique, ses produits…

– Pour renforcer votre crédibilité, si vous êtes N°1 dans un secteur, rappelez-le mais en le justifiant (source GFK/médiamétrie/…), cela permettra de renforcer votre crédibilité.

– Faites un appel à l’action ” Vous voulez plus d’information, appelez-nous au 01 XXXXXXX “.

 

 

Publicités

Vous voulez vous lancer dans l’envoi de communiqués de presse?


Voici les quelques étapes préliminaires pour vous lancer ! Demain nous aborderons les étapes indispensables à la bonne rédaction d’un communiqué de presse.

Qu’est ce qu’un communiqué de presse ?

Peu utilisé par les PME, le communiqué de presse est pourtant un moyen gratuit d’information et de communication à ne pas négliger. En effet, ce document permet d’annoncer un fait novateur aux journalistes en espérant la publication de cette nouvelle : création de société, partenariat, lancement d’un nouveau produit, nomination de dirigeants, etc.

Quelle marche à suivre ?

Repérez les médias qui sont susceptibles de communiquer sur vos produits et votre société (journal local, magazines professionnels…) et récupérez les coordonnées des personnes chargées de ces rubriques (signatures en bas des articles, site internet, voir un appel direct à la rédaction pour avoir l’email du journaliste…).

-Faites-vous une mailing liste des journalistes (fichier MS Excel, MS Outlook, Act!…) afin de simplifier vos processus d’envoi de communiqués. Si possible classez les journalistes en groupes selon le type de médias (généralistes, spécialisés…) pour cibler la diffusion de vos communiqués de presse. Pensez également à répertorier les sites internet qui propose des services d’envoi de CP de presse à moindre délai.

Ne pas oublier

Le journaliste sera amené à publier des informations objectives: il se doit de communiquer de manière impartiale et cela de toutes les entreprises, ce qui implique évidement votre concurrence !

Le journaliste ne vous fera pas de la publicité gratuite. Il publiera uniquement ce qu’il juge intéressant pour ses lecteurs.

-Pour cela : ciblez bien les journalistes auxquels vous enverrez votre communiqué.
Evitez l’envoi d’un communiqué de presse sur des astuces beauté à un journaliste financier par exemple.

Prenez toujours de l’avance pour envoyer vos communiqués. En effet, il faut toujours prendre en compte le délai de publication. Celui-ci peut en effet être long, en règle générale comptez :

  • Newsletter internet : 1 jour
  • Quotidiens TV, radio, journaux locaux : 1 mois pour un article d’une longueur importante / 2 jours pour une brève
  •  Magazines mensuels : 2 mois pour un gros article  / 1 mois pour un entrefilet dans les rubriques “actualités”

 

N’hésitez pas à laisser vos commentaires! 

Quels réseaux sociaux pour quels usages?


Aujourd’hui, pour promouvoir votre entreprise, il est impensable de ne pas mettre en place une stratégie de communication sur les réseaux sociaux. 
Vous avez donc décidé de vous lancer dans cette nouvelle aventure ! A présent il va falloir déterminer sur quels réseaux sociaux il serait le plus intéressant de  capitaliser votre présence.

 Pourquoi utiliser les  réseaux sociaux ?

 1. Améliorer votre communication

  • Développer la visibilité et la notoriété de votre marqueauprès de potentiels prospects et clients de votre entreprise et gérer au mieux votre e-réputation.-> Pour cela il est important d’apporter un soin tout particulier au contenu généré ( notamment aux mots clés choisis ) dans le but d’exploiter au maximum le référencement dont les réseaux sociaux profitent.
  • Optimiser la gestion de la relation-clients en construisant une relation durable avec eux grâce à un contact de proximité et profiter pour apprendre au maximum de ce qui se dit de votre entreprise dans le but de répondre aux mieux aux attentes de votre clientèle
  • Améliorer le trafic vers votre site Internet, vous bénéficiez en effet de la viralité découlant des interconnexions entre les membres de votre communauté.


2. Attirer de nouveaux clients et prospects

Les réseaux sociaux jouissent d’un large spectre d’audience. Vous pouvez donc toucher massivement les internautes et cela en un temps réduit.

 Vous pourrez en effet prospecter grâce à différents canaux et notamment :

  • Grâce à la publicité sur Facebook  Consultez également mon article: Recommandations pour vos publicités Facebook
  • Grâce à la gestion de votre communauté : en effet, les amis de vos amis sont vos amis ! Vos fans parlent de vous ! (nous verrons dans un prochain article quels sont les moyens les plus efficaces …)
  • Grâce à la « mise en relation directe » ou la « recommandation » sur Viadeo : vous pouvez élargir votre réseau pour contacter de nouveaux potentiels partenaires

3. Améliorer votre communication RH
Le recrutement se fait de plus en plus sur Internet.  De nos jours, les entreprises utilisent en effet de plus en plus les réseaux sociaux pour cibler de manière plus efficace de potentiels nouveaux collaborateurs.

Les réseaux sociaux vous permettent en effet de cibler plus efficacement les candidats que vous aller rencontrer en faisant une première sélection sur Internet.

4. Faire de la veille
Les réseaux sociaux sont également un formidable outil pour glaner de l’information rapidement. Au cœur des enjeux stratégiques des entreprises, le benchmark est devenu une démarche systématique. Vous pouvez en effet à présent vous informer sur  l’activité de votre  concurrence quasiment instantanément.

Cela vous permet aussi de recueillir régulièrement de précieuses  données sur votre clientèle.

Panorama de 7 grandes familles correspondant  7 usages primaires.

 1. Publication, avec les plateformes de blog (WordPress, Typepad, Blogger, Overblog), de microblog (Twitter), de stream (FriendFeed, Tumblr, Posterous) et les wikis (Wikipedia, Wikia, WetPaint)

 2. Partage, avec les services permettant de partager des vidéos (YouTube, Dailymotion, Vimeo), des photos (Flickr, Picasa, Instagram), des liens (Delicious, Digg), de la musique (Last, iLike, Spotify, Deezer) ou encore des documents (SlideShare, Scribb)

3. Discussion, avec des outils et plateformes de forum (PhpBB, bbPress, Phorum, 4Chan, Gravity), des outils de surveillance et de gestion des commentaires (IntenseDebate, Cocomment, Disqus, JS-Kit, Backtype), et des plateformes de social search (Quora, Aardvark, Mahalo)

4.  Commerce, avec les solutions d’avis client (BazaarVoice, PowerReviews), les outils de feedbacks collaboratifs (UserVoice, GetSatisfaction), les plateformes de recommandation / inspiration (Polyvore, StyleHyve, Weardrobe, Hunch), les sites d’achats localisés (Groupon, LivingSocial), les services de partage d’achats (Blippy, Swipely), de co-shopping (Look’n’Be) et d’encapsulation de boutique dans Facebook (ShopTab, Boosket)

5.Localisation, avec des plateformes de social location (Foursquare, Gowalla, MyTown, Facebook Places, Google Places), des réseaux sociaux locaux (Loopt, Whrrl), des réseaux sociaux mobiles (Mig33, MocoSpace) et des services de partage d’évènements (Upcoming, Plancast, Zvents, Eventful, Socializr)

6. Réseautage, avec des réseaux sociaux personnels (MyYearBook, MyLife, CopainsDavant, Badoo), des réseaux sociaux professionnels (LinkedIn, Viadeo, Xing, Plaxo), des réseaux sociaux « traditionnels » (Facebook dont le logo est au centre du schéma, MySpace, Orkut, Tagged, Hi5) et des outils de création de réseaux sociaux (Ning, KickApps)

7.  Jeux, où l’on retrouve les acteurs traditionnels du casual gaming (Kongregate, Pogo, PopCap, PlayFirst), mais également les nouveaux entrants du social gaming (Zynga, Playfish, Playdom, SGN) ainsi que les plateformes mobiles (ngmoco, OpenFeint) et virtuelles pour les plus petits (Habbo, Club Penguin, Poptropica)

 Source (un blog ultra complet et très intéressant, visitez le!) : http://www.mediassociaux.fr/2010/12/13/panorama-des-medias-sociaux-2011/

 

Les limites

N’espérez pas de miracle !

 Je peux toutefois vous proposer une recette qui a fait ses preuves :

Commencez par une louche de diplomatie : ils ne seront pas toujours délicats avec vous car qui dit réseaux sociaux dit aussi plus de proximité et donc une clientèle qui se permet une franchise plus (trop ?) appuyée !),

Ajoutez-y une large quantité de réflexion (une stratégie sur les réseaux sociaux doit être mûrement réfléchie fonction de vos objectifs et de votre stratégie globale)

Mixez la préparation obtenue avec une cuillerée quotidienne d’assiduité et de réactivité (le contenu doit être mis à jour régulièrement afin de ne pas voir s’envoler tout votre travail !)

Terminez par une pincée de patience : les clients de vont pas immédiatement affluer sur vos réseaux et sur votre site internet comme par magie…

J’espère que cet article vous a aidé. Surtout n’hésitez pas à partager vos expériences, vos liens et à poser vos questions! 

A très vite!

Recommandations pour vos publicités Facebook


Avec ses 20,54 millions d’utilisateurs français (+1,6 million en 6 mois), soit un taux de pénétration de 31,8 % de la population et 46% des internautes Français, Facebook est devenu un vivier significatif pour les annonceurs.

Aujourd’hui il est possible de mettre en place des campagnes de publicités sur Facebook de la même manière que sur Google. Nous allons aujourd’hui aborder comment gérer de façon efficace ces publicités sur Facebook.

Ciblage pertinent = augmentation de la rentabilité des publicités

  Vous pouvez tout d’abord cibler en fonction des informations suivantes :

  • Le lieu
  • La démographie : âge, sexe
  • Les centres d’intérêts
  • Les informations démographiques : la situation amoureuse, la langue parlée
  • La formation et l’emploi : le diplôme, l’université, le collège ou le lieu de travail.

Le champ “Interests“ est également très intéressant pour affiner encore davantage votre cible et ainsi segmenter au maximum la demande.

Il comprend les centres d’intérêts des utilisateurs Facebook mais également l’ensemble des mots clés présents sur leur page de profil. Par exemple si vous préciser le champs « institutrice », cela comprendra toutes personnes qui auront tapé « institutrice » sur leur profil.

 Présentation de l’annonce

  •  Choisir une image qui soit la plus alléchante possible pour le consommateur, le choix de l’image est déterminant. A savoir que le jaune est une couleur qui fonctionne très bien sur Facebook de part le contraste évident avec le bleu de Facebook .
  • Préparer un message « Call-to-action »: « Cliquez sur j’aime », « Rejoignez-vous »


La landing page

Il est important de ne pas négliger la landing page c’est-à-dire où les personnes qui ont cliqué sur votre annonce seront redirigées :

  • Sur votre site
  • Sur votre Page officielle Facebook dans le cadre d’une stratégie d’augmentation de fans

Des éléments qui peuvent également ajouter de l’intérêt à la publicité 

  • Mettre une question en titre de publicité: Aimez-vous le surf? Quel café Starbucks préférez-vous?
  • Intégrer des « likes » dans celle-ci comme la publicité PMU ci dessous.

Le Web 2.0: qu’est ce que c’est?


Web définition

Le web est un système hypertexte public de contenus numériques fonctionnant sur Internet. Depuis 2005, le web 2.0 est la base de notre vie d’internaute et pour comprendre son avènement il est important, dans un premier temps, de bien le distinguer de son prédécesseur.

Web 1.0 définition

La première génération du Web (Web 1.0) comprenait simplement des pages statiques, un processus qui reprenait la communication papier traditionnelle et qui la transférait sous forme numérique dans des pages HTML.[1] L’internaute allait chercher l’information sur des pages éditées par un webmaster à un certain moment. Ces pages tenaient le même rôle qu’une plaquette commerciale par exemple, c’est-à-dire qu’il n’y avait aucune possibilité d’interagir entre utilisateurs ou de contribuer à la création d’une page.

Web 2.0 définitionweb 2.0

L’individu d’aujourd’hui souhaite devenir acteur de l’information et non plus simple spectateur. Le Web 2.0 est un terme qui englobe l’ensemble des techniques qui vont permettre à ces utilisateurs de collaborer, de se regrouper, de s’exprimer et de trouver une information pertinente sur le web.

UGC définition

Le terme qui définit une collaboration entre usagers est le « User Generated Contents »[2]. Ce sont des « contenus de nature variée créés ou partagés par les internautes : vidéo, audio, photos, blogs, sites personnels, wiki, podcasts»  Chacun est donc à même de créer du contenu et de le diffuser directement à un moindre coût parmi les autres utilisateurs. Ce terme est aussi générique et englobe d’autres notions importantes comme les wikis ou blogs, supports de cette diffusion. Internet à ses débuts n’avait qu’un rôle informatif et passif, avec les UGC ce rapport s’est vu complètement modifié et a révolutionné au sens large de la relation des usagers vis à vis de l’information.

A venir: des articles d’analyse des nouveaux services que propose le Web 2.0 aux usagers et l’impact de ces changements sur eux! A bientôt!


[2] Traduction : contenus générés par les utilisateurs

L’e-mail marketing: solution rentable pour toucher votre cible


Terminés les bombardements de publicités, les spams indésirables qui terminent aux oubliettes et agacent les internautes ! Place à un marketing direct intelligent et non intrusif.

Pourquoi utiliser l’e-mail marketing?

Cela va vous permettre :

  • de renforcer les relations de vos clients avec votre entreprise,
  • d’accroitre vos ventes,
  • de vous faire connaître auprès de nouveaux clients potentiels.

Comment faire ?

  • Tout d’abord, il est indispensable de sélectionner un fournisseur de service e-mails adapté.

-> En effet, en envoyant vos campagnes e-mailing via une simple adresse mail, vous risquez de voir vos mails finir dans la boîte de spams de vos destinataires et même à terme de voir votre compte suspendu.

-> De plus, ces fournisseurs vous donnent accès à une palette de services important au bon fonctionnement de vos campagnes :

– système de double opt in : qui permet le consentement préalable du destinataire généralement par accord électronique (en cochant une case) puis par l’envoi d’un message à l’adresse courriel indiquée,

– possibilité de désabonnement en bas du mail par un simple clic,

– rapports statistiques pour l’étude de vos campagnes.

-> Les principaux fournisseurs sont :

– Mail chimp

– Campaign monitor

– Experian-cheetahmail

  • Puis de suivre ses quelques règles pour réussir au mieux votre campagne e-mailing:

J’insiste sur ce point : toujours obtenir le consentement de votre cible.  Via le opt-in vu précédemment par exemple. Vous pouvez également ajouter un formulaire d’adhésion à votre newsletter via votre site internet ou encore votre blog.

N’hésitez pas à varier les supports envoyés afin de ne pas ennuyer vos cibles :

Newsletter : particulièrement efficace pour garder contact avec vos clients, vous pouvez y inclure des billets de votre blog, des descriptions de produits, des conseils utiles par exemple.

questionnaires (utiles et efficaces pour avoir un retour de vos services et de vos produits),

offres spéciales réservées aux abonnés,

actualités de votre secteur d’activité…

Prenez toujours soin d’offrir un mail clair et agréable à lire en adéquation avec votre entreprise.

E-reputation: comment gérer un bad buzz


Le bad buzz définition

Il suit le même principe que le Buzz mais il est utilisé pour dévaloriser une marque ou un produit souvent à des fins écologiques ou humanitaires.  Ce phénomène de « bouche à oreille » négatif se déroule essentiellement sur la toile.

Exemple d’une campagne de bad buzz lancée par Greenpeace contre Nestlé

Il s’agit d’une campagne très efficace de Greenpeace (voir aussi l’article d’une attaque de Greenpeace contre Volkswagen ) utilisant plusieurs leviers :

–          Une vidéo vue plus de 134000 fois sur le compte officiel Youtube de Greenpeace.

Elle montre un homme qui mange un Kit kat sauf qu’à la place c’est un doigt d’Orang-Outang. Le but étant ici de dénoncer l’utilisation d’huile palme dans la fabrication de la barre chocolatée. En effet, la fabrication d’huile de palme à des conséquences néfastes sur l’environnement, Nestlé est accusée de détruire les forêts en Indonésie et de menacer les  communautés locales ainsi que l’espèce des Orangs-Outangs pour les besoins de leur récolte.


–          Une page web jouant elle aussi sur la simplicité et l’efficacité: slogan percutant, clips en différentes langues, réseaux sociaux..




Et la production d’avatars 
: Exemple d’avatar (provenant du site de Greenpeace) visible sur la page Fan Facebook de Nestlé

 


Une gestion de communication de crise maladroite par Nestlé

Première erreur : la censure de contenu par Nestlé

Nestlé tente de stopper l’hémorragie : la marque a cherché à faire fermer le site web et la vidéo sur YouTube. Il ne faut pas oublier que la toile est avant tout un lieu de liberté d’expression. Ce n’est pas en noyant le poisson qu’on maitrise sa communication.

Deuxième erreur : Community management

Les fans de la page Facebook Nestlé se sont vu menacés de censure en cas de mise en ligne de l’avatar Nestlé Killer que nous avons pu voir précédemment. Le community manager au lieu de tempérer les propos des internautes remet de l’huile sur le feu…

Ce que Nestlé aurait pu faire :

Il me semble qu’il était impossible de contrer l’attaque massive  et parfaitement orchestrée de Greenpeace : il aurait été plus judicieux de créer le débat plutôt que de l’éviter.

En créant par exemple une page dédiée aux internautes pour donner leur avis et s’exprimer librement afin de montrer que l’entreprise est ouverte au débat.
La marque a finalement décidé de renoncer à utiliser de la fameuse huile de palme issue de la déforestation : elle aurait donc pu admettre que l’utilisation de l’huile de palme était en effet nocif à l’environnement et promettre dès que possible son retrait dans la liste des ingrédients.

Les enseignements à tirer

Il est important, dans un contexte de communication en constante évolution avec l’avènement du Web 2.0 et bientôt du Web 3.0 de savoir bien cibler son message et maitriser son identité de marque. Pour se faire, il est indispensable d’anticiper au maximum les procédures à suivre en prévoyant en amont différents scénarios potentiels.

Les pièges à  éviter

Éviter de se faire passer pour quelqu’un d’autre : si vous commentez de manière positive le bad buzz en allant dans le sens de votre marque vous serez très vite démasqué et attiserez les réactions négatives. Jouer plutôt la transparence en vous appuyant sur des arguments justifiés.

Ne pas réagir à chaud : un bad buzz peut s’éteindre aussi rapidement qu’il est arrivé sur la toile. Il est donc indispensable de prendre le temps d’évaluer calmement la démarche à suivre.

Éviter de dramatiser la situation et répondre aux commentaires de façon trop sérieuse voire même fâchée… Privilégiez l’écoute, les excuses si besoin et selon le cas  revoir votre e-reputation. La réponse aux internautes doit toujours être la plus adaptée possible au problème de fond dont il est question. Aussi, il est indispensable d’évaluer le problème : s’agit-il d’un buzz à court terme ou un réel mécontentement des utilisateurs remettant en cause l’image de marque de l’entreprise sur le long terme.

Enfin ne pas oublier qu’il est préférable de faire parler de votre marque, même négativement, plutôt que pas du tout. Le buzz, même négatif prouve un intérêt certain à une marque.  Souvent d’ailleurs une première étape pour que la personne parle positivement de la marque dans un contexte différent…